Archives pour la catégorie Corps mémoire

Corps-mémoire

Corps-mémoire

 

Mon corps-mémoire a tout gardé :

Le souvenir des coups portés,

La peur de ne pas être aimée.

Désarmé devant la menace,

Il est devenu carapace,

Triste forteresse de glace.

 

Mon corps-souffrance a tout gardé :

Les traces à jamais marquées,

Une cyphose où m’enfermer :

Il s’est transformé en bastion,

S’est enroulé par protection

En boule comme un hérisson.

 

Mon corps-violence a tout gardé :

La crainte de s’abandonner,

La confiance en l’autre envolée.

Il a la peur d’être agressé,

D’être battu, d’être blessé

Dès qu’il entend un ton haussé.

 

Mon corps-absence a tout gardé :

Le pouvoir de s’anesthésier

L’indifférence aux coups portés.

Il s’est habitué à fuir,

A s’évader pour moins souffrir,

Pour adoucir les souvenirs.

 

Mon corps-prison a tout gardé :

Il a enfoui tout son passé,

Verrouillé ce qui l’a blessé

Dans ma mémoire à double tour.

Il a caché là un sac lourd

De cris sourds d’appel au secours.

 

Mon corps-courage a tout gardé,

Tout enduré tout supporté

Tout affronté, terrorisé

Il n’a ni bronché ni crié

Ni tenté de se révolter

Mais il ne s’est pas résigné.

 

Mon corps-patience a tout gardé :

Il a attendu des années

Pour digérer, pour transformer

Ce magma en coulée de vie,

Ces phrases assassines en envies,

Ces bleus à l’âme en énergie.