Apologie du rot

Consigne : faire l’apologie d’une pratique mal considérée, grossière, d’un comportement pas bien vu dans nos sociétés

Quel est l’olibrius, le martien, l’inconséquent qui a instauré que roter était un acte incorrect en société ?

Etait-ce un pisse-froid, qui un jour où il se sentit mal reçu, voulut gâcher à jamais le plaisir de l’hôte qui reconnaît ainsi la satisfaction de ses invités ?

Etait-ce un gastro-entérologue défroqué qui a ainsi jeté la malédiction sur tous les clients et les orifices qui lui étaient passés entre les mains et malheureusement ensuite sur toute l’humanité ?

Etait-ce un indigent dont l’estomac trop souvent vide n’avait rien d’autre que sa faim à éructer et voulut ainsi se venger des nantis ?

Car enfin quoi de plus libérateur et jubilatoire qu’un rot qui démarre bien pianissimo, enfle de plus en plus jusqu’à un superbe fortissimo, facilitant au passage la digestion, libérant de la place dans un estomac bien rempli et évitant la survenue de son acolyte de mauvaise presse, lui aussi : le pet !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.