Sur le thème de l’amour partagé ou non

Amour contrarié

M- où suis-je c’est sympa ici
– je suis barbouillée, mais qu’est-ce-que j’ai ?
M- c’est moi, je suis là au creux de toi, tu me sens ?
– non, ce n’est pas vrai, encore une fois !!!
M- j’étais bien, à baigner tranquillement dans cette grande piscine chauffée
– non, je n’en veux pas, je vais retourner voir cette femme
M- mais que fais-tu, ce n’est plus une piscine, c’est le Cap Horn un jour de tempête, je ne sais pas nager, au secours
– mais c’est pas vrai, ça ne marche pas, pourtant elle a fait comme pour les autres fois, cela a toujours marché
M- non, non, je veux rester là, je vais m’accrocher, la tempête va bien se calmer
– il faut que j’y arrive, que cette femme essaie une autre méthode, j’y suis arrivée toutes les autres fois, il faut que ça marche
M- je me sens mal, j’ai le mal de mer
– et tous ces vomissements le matin, je n’en peux plus, et puis s’il prenait ses précautions lui aussi !!
M- mais qu’est-ce-que je lui ai fait, elle m’en veut, c’est pas possible, tant qu’elle ne savait pas que j’étais là, elle me laissait tranquille, elle veut me chasser du paradis !! D’ailleurs ce n’est déjà plus le paradis, je ne ressens pas de l’amour, cela sent fort le médicament au point que j’en ai la nausée, et puis cette tempête permanente, maman, aide-moi, aime-moi
– non, Madeleine, elle m’a dit qu’elle ne pouvait rien faire de plus, que je risquais ma peau sinon, tu voudras bien être la marraine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.